La belle histoire de AbdelKader Bouhenia, enfant de La Conte, s’est écrit avec des gants. L’élégant « Kébé », à la ville comme sur le ring, le plus fameux des sept boxeurs de la fratrie Bouhenia, est né avec un don inné pour la boxe anglaise, cultivé dès l’âge de 6 ans à l’ABC, sous la férule de son grand frère Mohamed, au coeur du quartier carcassonnais. A son fabuleux palmarès, quatre titres nationaux chez les grands, une médaille de bronze mondiale, l’argent européen et des dizaines de combats remportés chez les mi-lourds. Un conte de fées où manque un chapitre olympique. Le Carcassonnais a raté le rendez-vous de Pékin (2008) puis de Londres (2012). Une futilité cependant au regard du drame vécu lors de la disparition tragique de son ami Alexis Vastine en 2013 au cours de l’émission Dropped. Ils avaient été tous deux titrés aux Jeux mondiaux militaires, à Rio. Un an plus tôt à Moscou, ils avaient ramené l’argent des championnats d’Europe. Ce jour-là, « Kébé » fut terrassé, KO.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.