Ils ne sont pas nombreux, les carcassonnais informés que l’un des grands noms du cinéma est… carcassonnais. Pourtant, André Cayatte est né en 1909 à quelques pas de la Place Carnot, dans l’immeuble à l’angle de la Rue Pinel et la Rue Denisse où ses parents tenaient une épicerie. Après des études carcassonnaises, André Cayatte, licencié en lettres, fait des études de droit. Il sera un temps avocat, inscrit au barreau de Toulouse puis à Paris. Mais ses fréquentations, Philippe Soupeau, René Char et d’autres intellectuels, le conduisent à devenir scénariste pour Marc Allégret notamment. Après avoir tâté un peu de journalisme et écrit des romans, André Cayatte passe derrière la caméra. Le voilà réalisateur. Pas n’importe lequel. Un réalisateur militant qui s’attaque aux grands sujets de la société, trouvant immédiatement un réel succès auprès du grand public. Il est l’auteur de films dits populaires en passant au scanner les problèmes de la justice, ses enjeux et ses rouages. « Justice est faite » mais surtout « Nous sommes tous des assassins » en 1952 témoignant d’un engagement militant. Humaniste, André Cayatte est un farouche adversaire de « l’imbécile peine de mort », pour reprendre l’une de ses expressions… Selon certains critiques de cinéma, cette opposition lui serait venue après qu’un cousin, aumônier à la prison de Carcassonne, ait été désigné pour assister un condamné à mort. Le jeune prêtre malgré, son désir d’être relevé de cette mission, fut obligé d’y assister. Il perdit connaissance quand la tête roula dans le panier. André Cayatte gardera ce souvenir et n’aura de cesse de militer à travers son oeuvre,( Le glaive et la Balance) que ce soit au cinéma ou à la télévision, pour une justice plus humaine. On se souviendra plus particulièrement de ses très beaux films sur les problèmes de société, comme le remarquable « Mourir d’aimer » sur l’affaire Gabrielle Russier, professeur amoureuse d’un élève, acculée au suicide, ou encore « Les risques du Métier », un instituteur injustement accusé de pédophilie par deux élèves où le cinéaste s’ingénie à faire prendre conscience au spectateur des grands problèmes de société. Il obtiendra pour ce faire de grands acteurs, tels Michèle Morgan, Bourvil, Annie Girardot, Jacques Brel…André Cayatte a obtenu de nombreux prix pour ses films : deux Lion d’Or au Festival de Venise, Prix spécial du Jury au Festival de Cannes, Prix international au Festival de Cannes… Il est décédé d’une crise cardiaque à Paris, à l’aube de ses 80 ans, le 6 février 1989.

Jean-Yves Tournié

1 Commentaire. En écrire un nouveau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Menu