Les gargouilles ont les pieds sur terre

Cathares dans le Trail : Arnaud Solier
16 octobre 2017
Têtes d’affiches : Nordine Chamlal
17 octobre 2017
Show all

Les gargouilles ont les pieds sur terre

Les métamorphoses du démon seraient-elles plus prévisibles que les voies qui conduisent à la grâce ? Les gargouilles par exemple, qui déguelent l’eau de pluie des toits des églises et des cloitres préservaient grâce à leur aspect effrayant de monstre, entre l’homme et la bête, l’espace sacré de l’intrusion du mal. La laideur en guise de pare-feu. Mais on attribua à ces personnages de pierre menaçants qui faisaient de l’acrobatie depuis le 13ème siècle, une dimension esthétique, qui prit le relais au milieu du 19ème siècle lorsque Viollet le Duc réhabilita une partie d’entre elles à la basilique Saint Nazaire. 200 ans plus tard une association “le fonds de dotation Cité de Carcassonne de pierre et de rêves” vient de solliciter le savoir- faire de 5 plasticiens pour ranimer la flamme protectrice -sous des formules différentes- la moulure de la gargouille de Viollet le Duc. Une exhumation à double objectif : créer l’émotion parmi le public qui aura l’occasion de découvrir les oeuvres de Eric Marsiam, Patrick Robart, Van Binh, Philippe Gauberti, et Sino dans les rues de la Cité médiévale; amener le public à acquérir ces oeuvres lors d’une vente aux enchères le 1er décembre prochain dans les salons de l’Hôtel de la Cité lors d’un diner de gala. Les fonds seront affectés à des travaux de restauration à l’intérieur de la Cité. On le voit, quand elles sortent de leur rôle de vigile et de garde du corps du temple, les gargouilles savent vivre. Pour ces amoureux d’un des sites touristiques les plus fréquentés au monde, la finalité de la mobilisation entamée en juin 2016 est de rendre au monument le rayonnement culturel qui fut le sien durant des siècles. L’affaire a été rondement menée. En février dernier le prototype de la gargouille était présentée au public puis confiée aux bons soins des plasticiens, aux techniques différentes, mises au service de la création en toute liberté. La ronde des gargouilles pouvait se former. Chaque artiste a apporté sa touche personnelle à travers les couleurs des pigments, les tonalités choisies, les créatures chargées de sens et de symboles sourdant selon les conceptions. Figure emblématique de l’architecture médiévale, la gargouille mine de rien se refait une jeunesse. Au point de donner à la pierre les couleurs du rêve.
www.citedecarcassonne.org

LA REDACTION
LA REDACTION
Le Mag Evasion, magazine papier gratuit existant depuis 1988, se dévoile depuis peu en version Web. Nous traitons de nombreux sujets comme la gastronomie, la mode, l'économie, le sport, la culture et les évènements dans tout le secteur de l'Aude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *