Des pin-up fifties, dignes des plus beaux modèles du dessinateur américain, Gil Elvren qui jouent de leur charme et se jouent des hommes, avec humour, sur fond de journaux. Les collages de Karine Sans sont à son image, tout en malice et sensualité. « Mon travail a un côté autobiographique » avoue cette brune dont une année post-bac passée aux Etats-Unis, comme jeune fille au pair, a changé la vie. La mode serait son quotidien. Pendant plus de 15 ans, elle fait parler son talent comme styliste pour des marques comme Donna Karan, Nike, Little Marcel et Chipie. Aujourd’hui, l’artiste se révèle en créant ses collages de matières (vieux journaux, cartes postales…) auxquelles elle redonne vie pour mieux raconter et vivre la sienne. Carcassonne reste sa deuxième patrie (elle vit à Toulouse) et elle y cultive l’amitié avec Charlotte, Solène et Aurélie, créatrices réunies au sein des Frangines. Carcassonne encore où elle a fait le buzz en octobre au Bloc G avec son amie Virginie Pouzet de « Je suis Unique ». On y découvrait ses derniers collages, sans tabou, aux phrases chocs et images chics sur fond de références au 7e Art. Mais aussi des clichés noir et blanc à la même signature artistique. Sans interdits, Karine avance sur le chemin de la création. Attention, (dé)collage annoncé !

P. Bessodes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Menu