“Si je n’avais pas le sport auto dans ma vie, je serais la plus malheureuse du monde”. Gravement blessée dans un accident de karting en 2013 et après une année complète d’inactivité et de récupération, Marine Pidoux, 33 ans, n’ a pas pu résister à l’appel du circuit à la musique des moteurs et à l’odeur de carburant et des pneus brulés qui est l’eau de parfum de tous les mordus de la vitesse et du défi. “Je suis revenu logiquement à la compétition” constate la jeune femme qui a baigné dans une ambiance familiale propice et militante. Aujourd’hui, à force de ténacité, dans un milieu machiste, où la présence de la femme demeure inexistante, elle figure parmi les pilotes les plus aguerris des circuits du championnat GT Tour. Marine Pidoux qui pilote des Mitjet, court après la performance sur les circuits du championnat qui compte 7 rendez-vous chaque année. Sa notoriété l’a conduit jusqu’au championnat d’endurance de Las Vegas dont elle garde un grand souvenir. Et où elle compte revenir dans les prochains mois dans le cadre d’un programme d’un championnat français. “J’ai envie de montrer, dit-elle qu’on est capable d’arriver au bout de ses rêves lorsqu’un projet vous tient à coeur. Pour moi la course auto en est le moyen”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.