Une vieille maison repue d’histoire et d’escaliers qui montent et qui descendent au numéro 10 de la rue SaintAntoine   au coeur du Kerkorb et d’un village portant les stigmates du temps et de l’histoire, comme un général d’Empire ses médailles…Pour pouvoir  écrire à sa manière une nouvelle version, à peine modifiée, de la célèbre chanson « J »ai deux amours » de Joséphine Baker,( si vous remplacez Chalabre par Paris ça colle bien sûr), le chanteur musicien de jazz Vinx a traversé l’Atlantique voici quelques mois en compagnie de sa famille. Privilège de la célébrité -il a joué aux côtés des plus grands: Al Jarreau, Stivie Wonder, Cher, Tom Jones, Sting et tant d’autres- mais aussi de l’intelligence du coeur,Vinx et son double mètre qui se replie dans un grand rire, a trouvé sa place ici, dans une affectueuse et discrête complicité.

« Les gens de Chalabre me font sentir que je suis chez moi et je le suis en effet et le ressens quand je reviens de tournée, raconte-t-il avec émotion Il y a une écoute, une qualité de vie formidable” . Si son rapprochement vers l’Europe précédant de quelques mois le retour du « rêve américain » façon Trump, sonne comme un geste prémonitoire, ce citoyen du monde qui porte la musique comme un ambassadeur ses lettres de créance à  tous les grands de la terre qui sont, en la circonstance, les centaines de milliers d’auditeurs et de fans, demeure indulgent mais lucide vis à vis du choix de ses concitoyens:” J’ai toujours su qu’il y a deux amériques. Maintenant, le reste du monde témoigne de ma vérité. Je suis sûr que chaque pays a fait une erreur une fois dans son histoire. L’Amérique n’est pas différente”. La musique, elle, ne l’a jamais déçu, “C’est la langue dans laquelle je rêve. La bande-son des moments importants de ma vie, bons et mauvais. En tant qu’athlète triomphant, comme un fils de deuil, l’espoir romantique, en tant que minorité persécutée. “ Alors , ça n’est pas un hasard si  l’industrie du son de la musique et du spectacle, le milieu des affaires et du pouvoir d’une manière générale, est plus interessée à vendre le produit que d’entendre le message. “C’est la raison pour laquelle les vrais artistes brillent dans un cadre vivant, en concert, précise Vinx. Vous ne pouvez  pas vous cacher derrière le battage médiatique lorsque vous êtes sur scène. La musique est regardée ici comme quelque chose de necessaire. Aux USA, quand je dis que je suis musicien de jazz, je suis regardé avec pitié, car ça ne semble pas un véritable job. En France, je me sens respecté et chéri.” Sur la scène comme dans la vie.” Et puis les gens ici prennent le temps de vivre. La nourriture est excellente, le cadre de vie raconte la longue histoire des autochotones en remontant loin dans le temps, jusqu’aux racines”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Menu